232 réfugiés syriens réinstallés

232 réfugiés, tous syriens, ont déjà été accueillis en Belgique en 2016 dans le cadre de la réinstallation. Avant leur départ et jusqu’à leur installation, ils sont accompagnés par différents acteurs.

Entre janvier et juillet 2016, 232 réfugiés syriens sont arrivés en Belgique par le biais du programme de réinstallation. Ils viennent pour la plupart du Liban, mais certains ont été réinstallés depuis la Jordanie et l’Egypte.

De nombreuses arrivées sont encore planifiées cette année : pour la plupart des Syriens venus d’Irak, de Turquie et du Liban.

Sélection et rencontres

L’instance belge responsable de la sélection (le CGRA) s’est rendue au Liban pour une série d’entretiens avec les réfugiés dont les dossiers avaient été proposés par le HCR. Les Syriens venus de Jordanie et d’Egypte ont quant à eux été sélectionnés uniquement sur base de leur dossier.

Avant leur départ, les réfugiés venus de Turquie et du Liban ont également rencontré les collaborateurs de l’agence responsable de leur accueil en Belgique (Fedasil). Le but de ces rencontres était de les informer sur les étapes à venir et de les préparer à leur arrivée et à leur vie en Belgique. Pour la première fois, ils ont également pu interagir via visioconférence avec un Syrien réinstallé en Belgique.

Accueil et intégration

Pendant une période de trois à six semaines, les réfugiés sont accueillis dans les centres d’accueil de Fedasil. Au cours de leur séjour en centre, les réfugiés effectuent les premiers pas vers leur intégration via des modules de cours et diverses activités.

Ils y rencontrent également pour la première fois les ONG Caritas International et Convivial qui doivent assurer leur parcours d’intégration pour une durée allant jusqu’à deux ans. Celles-ci organisent notamment régulièrement des activités réunissant plusieurs réfugiés réinstallés, l’occasion pour eux d’échanger leurs impressions et leurs expériences.

Après le séjour en centre, les réfugiés déménagent vers des logements individuels et reçoivent le soutien d’un CPAS. Certains CPAS intègrent le programme de réinstallation en s’engageant à proposer un logement et en prévoyant un accompagnement intensif pour une durée d’un an.