Les réfugiés syriens (2014)

Crise en Syrie et dans les pays frontaliers

Depuis les débuts de la guerre civile en Syrie en 2011, le UNHCR appelle à venir en aide aux nombreux réfugiés syriens. Plus de 4 millions de Syriens ont fui le pays (à la date du 1er août 2015). Chaque jour, des milliers de personnes rejoignent les pays frontaliers. Pour certains de ces réfugiés, la réinstallation ou l’admission humanitaire dans un pays tiers est cependant la seule solution.

En effet, les pays frontaliers font face à une pression migratoire énorme, et les conditions d’accueil des réfugiés se détériorent et les personnes se retrouvent dans des situations de grande vulnérabilité : femmes confrontées au risque d’exploitation, problèmes de protection et d’éducation pour les enfants, accès aux soins de santé insuffisant, risque d’agressions sexuelles, etc. Alors que 76% des réfugiés sont des femmes et des enfants.

Jusqu’à présent, plus de 25 États, dont la Belgique, ont répondu à l’appel du UNHCR en vue de réinstaller des réfugiés syriens vulnérables. La Belgique a sélectionné en 2014 des Syriens réfugiés en Turquie en milieu urbain. La Turquie compte 1,9 millions de réfugiés d’origine syrienne (à la date du 1er octobre 2015), séjournant dans des camps situés à la frontière avec la Syrie et en milieu urbain.

Les Syriens réinstallés en Belgique en 2015 viennent du Liban, où un peu plus d'un million de Syriens sont réfugiés (à la date du 1er octobre 2015).

Source : Portail d'information sur les réfugiés syriens (UNHCR) 

Sélection des réfugiés

En août 2014, une délégation du CGRA s’est envolée pour Ankara, en Turquie. L’équipe se composait de deux officiers de protections spécialistes de la Syrie et sa région ainsi que d’un coordinateur de mission.

Il s’agissait au total d’une vingtaine de familles et d’une dizaine de personnes seules qui ont été proposées à la Belgique par l’UNHCR. Près de la moitié (40 %) avaient moins de 18 ans. Ces réfugiés séjournaient tous dans un environnement urbain, pour la plupart à Istanbul. Tous les réfugiés ont leur récit propre, avec pour constante une grande vulnérabilité et beaucoup de souffrance causée par le conflit syrien. Nombre d’entre eux ont perdu des membres de leur famille. 

Pendant la mission, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a en outre effectué un examen médical chez ces personnes.

Plus d'information sur la mission de sélection.

Avant que les réfugiés ne soient réinstallés en Belgique, Fedasil est allé en novembre 2014 à Istanbul pour leur orientation culturelle. L'objectif : donner un aperçu de leur futur pays et répondre aux questions qu’ils se posent sur leur future vie en Belgique.

Arrivée en Belgique et séjour en centre d'accueil

Les 71 réfugiés syriens sont arrivés entre novembre 2014 et août 2015. Les réfugiés sont répartis entre les centres d’accueil Fedasil de Pondrôme (Beauraing) et de Saint-Trond. La durée de leur séjour dans le centre est d’environ six semaines, période pendant laquelle les adultes ont suivi des cours d’intégration civique et socio-culturelle ainsi que des cours de langues. Les enfants ont quant à eux retrouvé le chemin de l’école. Le séjour en centre d’accueil a également permis de traiter les problèmes médicaux urgents. 

Déménagement dans les communes

Dès janvier 2015, les familles ont commencé à déménager vers les communes dans lesquelles se situent leur nouveau logement. Avec le soutien du CPAS de la commune et des ONG Caritas et Convivial, les réfugiés vont s’acclimater à leur nouvelle habitation et à leur nouveau quartier pendant un an, période minimale pendant laquelle le logement est mis à leur disposition. Les communes qui les accueillent sont situées en peu partout en Belgique. Pour certains, le logement a été choisi en fonction de la proximité avec des membres de la famille résidant déjà en Belgique.